Les partenariats avec les écoles ixelloises

L’Athénée Royal d’Ixelles et le Centre Scolaire Eperonniers Mercelis

Les partenariats mis en place dans les écoles ixelloises par SOS Jeunes-Quartier Libre répondent à plusieurs constats de l’équipe quant à la question scolaire.

En effet, de nombreux jeunes qui fréquentent nos services sont en décrochage scolaire partiel ou total. Ces jeunes, déjà fragilisés par leur contexte socio-culturel d’origine, vivent des échecs successifs sans remédiation, des difficultés de compréhension entre leurs familles (quand ils sont encore en lien avec ces dernières) et l’école ou encore, des orientations prématurées dans l’enseignement specialisé.

Autant de facteurs cumulés qui les poussent progressivement à décrocher de l’école et, à terme, à faire l’expérience de la rupture et de l’errance.

Plutôt que d’offrir un accompagnement ponctuel d’accrochage scolaire à ces jeunes, l’équipe de SOS Jeunes-Quartier Libre a préféré remédier au problème, en amont, en travaillant avec deux écoles de quartier, afin d’élaborer une strétégie collective pour répondre aux problématiques scolaires (échec, absentéisme, exclusion…) de manière globale.

Nous avons donc entamé deux partenariats avec les établissements de l’Athénée Royal d’Ixelles et le Centre Scolaire Eperonniers Mercelis autour de deux projets : le Service Etude, basé sur le bénévolat des jeunes et le projet Former pour Emanciper, qui a pour objectif de développer l’esprit critique et la capacité de rélfexion des élèves, à travers des activités pratiques sur différentes thématiques citoyennes.

L’objectif étant de re-motiver les élèves quant à l’obligation scolaire et de re-donner du sens à leurs études.

- Le projet Service Etude est mis en oeuvre avec les classes de quatrième, cinquième et sixième secondaires de l’enseignement général de l’Athénée Royal d’Ixelles et à la classe de quatrième technique sociale du Centre scolaire Eperonniers Mercelis.

- Le projet Former pour Emanciper est réalisé avec les classes de troisième et quatrième professionnelles vente, de troisième et quatrième professionnelles aide familiale de l’Athénée Royal d’Ixelles et la classe de troisième technique sociale du Centre scolaire Eperonniers Mercelis.





Soutenez

SOS Jeunes

s'abonner a la

newsletter

Billet d'humeur

NEET : le néant n’a pas d’avenir

Contraction de l’expression anglaise Not in Education, Employment or Training (ni étudiant, ni employé, ni stagiaire), l’acronyme NEET désigne les jeunes de 15-34 ans, célibataires, qui vivent chez leurs parents, ne travaillent pas et ne recherchent pas d’emploi.
Vous imaginez aisément que, sans projet de vie, le jeune NEET n’a pas des dizaines de perspectives à long terme : on perçoit aisément les difficultés qui vont commencer à se présenter graduellement si le jeune ne parvient pas à sortir de ce « statut » qui
n’en est pas un. Les instituts de statistiques et les gouvernements ont commencé à s’intéresser à ce phénomène des NEET, car les autres données (telles que le taux du chômage ou le pourcentage de réussite des études ou même des échecs) ne rendent absolument pas pleinement compte de la situation des jeunes. Sans entrer dans les détails, on sait que la proportion de NEET chez nos jeunes a une furieuse
tendance à augmenter.
Les équipes de SOS Jeunes – Quartier Libre connaissent bien cet engrenage qui fait, petit à petit, qu’un sorti de l’école s’enlise. Plus de formation, pas d’emploi, pas de stage, il se replie sur lui et se démotive. On en vient ensuite à la dégradation de sa propre image et à la désaffiliation. On se doit d’agir en amont afin d’éviter de tomber dans l’engrenage des NEET. Parce que le néant n’a pas, soyons honnête, beaucoup d’avenir. Le projet « Un jour, demain ! », de notre antenne ixelloise Quartier Libre, vise notamment à informer les jeunes de ce qui est possible après l’école. Il s’adresse à un public particulier qui est constitué de jeunes de sixième année de l’enseignement spécial. Que se passe-t-il après l’école ? Comment entrer dans la vie active ? Un DVD reprend des témoignages d’aînés, connus des jeunes, qui racontent leur parcours… Une série de témoignages qui doivent permettre aux jeunes de prendre leur propre envol, une fois l’école quittée.

Amicalement à vous !
Raymond Vériter, Président.

14 octobre 2015