Lancement du site Fugue.be (2.0) - 17/03/2017

Seul site francophone de Belgique dédié à la question des ruptures adolsecentaires

PNG - 960.8 ko

Le 17 mars 2017, SOS Jeunes - Quartier Libre lance un site internet (version 2.0) à destination de toutes les personnes concernées, en Fédération Wallonie-Bruxelles, par les questions de fugue et d’exclusion vécues par les adolescents.

À cette occasion, notre service d’aide en milieu ouvert vous invite à découvrir l’unique site en Belgique francophone dédié à ces questions. La page d’accueil offre une interface destinée aux jeunes, aux parents, à l’entourage et aux professionnels qui, d’un clic, peuvent accéder aux contenus qui les touchent plus directement.

Fugue.be possède des informations qui contextualisent les situations de rupture, son module de questions-réponses, ses liens, ses bouquins... Un plus, Google Maps s’invite dans la rubrique « Trouver de l’aide » permettant au visiteur d’identifier, en un clin d’œil, une association partenaire capable de l’aider et de le soutenir à deux pas de chez lui.

L’ergonomie fait également partie des priorités puisque le site est adapté à la lecture sur smartphones pour une navigation aisée peu importe l’endroit où le visiteur se trouve. Le site se dote aussi d’une rubrique « Médias » où une série de vidéos sur la thématique seront régulièrement alimentées notamment par des jeunes fréquentant ou ayant fréquenté SOS Jeunes - Quartier Libre.

Ce site se veut aussi créateur de lien. L’équipe s’engage à répondre, au maximum, dans les 72 heures aux questions initiales qui lui seront adressées par ce biais. De plus, Fugue.be offre la possibilité à nos visiteurs de témoigner et, pour les professionnels, de nous faire parvenir des informations rapidement et facilement. Échange et dialogue deviennent dès lors les maîtres-mots de ce site « Fugue » 2.0.

PNG - 3.7 ko


Retour


Soutenez

SOS Jeunes

s'abonner a la

newsletter

Billet d'humeur

NEET : le néant n’a pas d’avenir

Contraction de l’expression anglaise Not in Education, Employment or Training (ni étudiant, ni employé, ni stagiaire), l’acronyme NEET désigne les jeunes de 15-34 ans, célibataires, qui vivent chez leurs parents, ne travaillent pas et ne recherchent pas d’emploi.
Vous imaginez aisément que, sans projet de vie, le jeune NEET n’a pas des dizaines de perspectives à long terme : on perçoit aisément les difficultés qui vont commencer à se présenter graduellement si le jeune ne parvient pas à sortir de ce « statut » qui
n’en est pas un. Les instituts de statistiques et les gouvernements ont commencé à s’intéresser à ce phénomène des NEET, car les autres données (telles que le taux du chômage ou le pourcentage de réussite des études ou même des échecs) ne rendent absolument pas pleinement compte de la situation des jeunes. Sans entrer dans les détails, on sait que la proportion de NEET chez nos jeunes a une furieuse
tendance à augmenter.
Les équipes de SOS Jeunes – Quartier Libre connaissent bien cet engrenage qui fait, petit à petit, qu’un sorti de l’école s’enlise. Plus de formation, pas d’emploi, pas de stage, il se replie sur lui et se démotive. On en vient ensuite à la dégradation de sa propre image et à la désaffiliation. On se doit d’agir en amont afin d’éviter de tomber dans l’engrenage des NEET. Parce que le néant n’a pas, soyons honnête, beaucoup d’avenir. Le projet « Un jour, demain ! », de notre antenne ixelloise Quartier Libre, vise notamment à informer les jeunes de ce qui est possible après l’école. Il s’adresse à un public particulier qui est constitué de jeunes de sixième année de l’enseignement spécial. Que se passe-t-il après l’école ? Comment entrer dans la vie active ? Un DVD reprend des témoignages d’aînés, connus des jeunes, qui racontent leur parcours… Une série de témoignages qui doivent permettre aux jeunes de prendre leur propre envol, une fois l’école quittée.

Amicalement à vous !
Raymond Vériter, Président.

14 octobre 2015