Contrat de Quartier Durable « Athénée » : La place des jeunes dans l’espace public, on en parle ?


Le nouveau Contrat de Quartier Durable (CQD) Athénée est une opportunité qui nous est donnée de repenser le quartier selon les nouveaux besoins et les envies des habitants et des personnes qui transitent dans nos rues.
Depuis 2016, l’Antenne Quartier Libre prend part au processus et est membre de la Commission de Quartier. Par ces diverses actions, l’équipe favorise la participation citoyenne via une information large et accessible.

Nous mettons également le focus sur les jeunes et sur la place qui leur est donné dans l’espace public. Ce quartier du Haut d’Ixelles, rassemble plusieurs écoles secondaires. Chaque jour, pas moins de 2000 jeunes âgées entre 12 ans et 20 ans se déplacent, s’installent dans l’espace public pour manger, pour s’aérer ou pour rentre chez eux.

Pour les responsables du Contrat de Quartier, les espaces doivent être mieux agencés pour permettre une meilleure « cohabitation » avec ces jeunes.

Pour l’Antenne Quartier Libre, cette question doit être avant tout débattue avec les jeunes. Quels sont les endroits qu’ils occupent sur le temps de midi et pourquoi ? En sont-ils satisfaits ? Quels seraient les aménagements à apporter ?

Depuis le mois de septembre 2017, nous avons lancé un projet de capsules sonores pour aller à la rencontre des jeunes et récolter leur avis. Par cette démarche, nous tentons de donner une place à leur parole dans le réaménagement de l’espace public. Les réalisations sont ensuite diffusées lors des Commission de Quartier. Nous espérons par cette démarche ouvrir la participation (richesse des Contrat de Quartier) à l’ensemble des publics concernés y compris les jeunes et les familles !




Retour


Soutenez

SOS Jeunes

s'abonner a la

newsletter

Billet d'humeur

NEET : le néant n’a pas d’avenir

Contraction de l’expression anglaise Not in Education, Employment or Training (ni étudiant, ni employé, ni stagiaire), l’acronyme NEET désigne les jeunes de 15-34 ans, célibataires, qui vivent chez leurs parents, ne travaillent pas et ne recherchent pas d’emploi.
Vous imaginez aisément que, sans projet de vie, le jeune NEET n’a pas des dizaines de perspectives à long terme : on perçoit aisément les difficultés qui vont commencer à se présenter graduellement si le jeune ne parvient pas à sortir de ce « statut » qui
n’en est pas un. Les instituts de statistiques et les gouvernements ont commencé à s’intéresser à ce phénomène des NEET, car les autres données (telles que le taux du chômage ou le pourcentage de réussite des études ou même des échecs) ne rendent absolument pas pleinement compte de la situation des jeunes. Sans entrer dans les détails, on sait que la proportion de NEET chez nos jeunes a une furieuse
tendance à augmenter.
Les équipes de SOS Jeunes – Quartier Libre connaissent bien cet engrenage qui fait, petit à petit, qu’un sorti de l’école s’enlise. Plus de formation, pas d’emploi, pas de stage, il se replie sur lui et se démotive. On en vient ensuite à la dégradation de sa propre image et à la désaffiliation. On se doit d’agir en amont afin d’éviter de tomber dans l’engrenage des NEET. Parce que le néant n’a pas, soyons honnête, beaucoup d’avenir. Le projet « Un jour, demain ! », de notre antenne ixelloise Quartier Libre, vise notamment à informer les jeunes de ce qui est possible après l’école. Il s’adresse à un public particulier qui est constitué de jeunes de sixième année de l’enseignement spécial. Que se passe-t-il après l’école ? Comment entrer dans la vie active ? Un DVD reprend des témoignages d’aînés, connus des jeunes, qui racontent leur parcours… Une série de témoignages qui doivent permettre aux jeunes de prendre leur propre envol, une fois l’école quittée.

Amicalement à vous !
Raymond Vériter, Président.

14 octobre 2015