FAQ


Nous avons répertorié dans cette rubrique les questions les plus fréquemment posées quant aux dons et legs à SOS Jeunes.

Si toutefois, des questions restent sans réponses, nous vous invitons à prendre contact avec nous par téléphone au 02-512-90-38 ou par e-mail administration@sosjeunes.be

Que fait SOS Jeunes avec les dons ?

Vos dons nous permettent d’élaborer de nouveaux projets qui ne sont pas subsidiés par les pouvoirs publics mais qui répondent néanmoins à de véritables besoins chez les jeunes. Par exemple, le Service Étude, le Snack Info, le projet 18-25 ans ...

Ils nous permettent également de répondre aux besoins matériels des jeunes par l’aménagement de nos locaux (chambres, cuisine, accueil ..), l’achat de nourriture, de médicaments, ...

Enfin, vos dons nous aident à élaborer des outils pédagogiques (DVD Bruxellois en classe, brochure Fugue..) que nous mettons à disposition auprès des professionnels du secteur de la jeunesse ainsi que des jeunes et de leur famille.

Quand je fais un don à SOS Jeunes, puis je choisir le projet que je soutiens ?

Oui, vous pouvez nous indiquer quel projet vous désirez soutenir et nous dédierons votre don à sa mise en oeuvre.

Je viens d’être pensionné, faites-vous appel à des bénévoles ?

Nous sommes toujours à la recherche d’une aide. N’hésitez pas à nous contacter par téléphone au 02-512-90-38 ou par e-mail administration@sosjeunes.be et nous vous rencontrerons afin d’en discuter de vive voix.

Je suis seule, sans héritier direct et je ne veux pas que mon patrimoine retourne à l’Etat. Puis-je vous léguer tout mon patrimoine ?

Vous pouvez nous léguer tout votre patrimoine, soit en faisant une donation soit un legs.

J’habite Bruxelles, quel sera le taux des droits de succession payés par SOS Jeunes ?

Le taux sera de 12,5%.

J’ai un neveu et je ne veux pas qu’il paie les 80% de droits de succession

En faisant un legs en duo à SOS Jeunes, vous faites deux gagnants : vous et SOS Jeunes.

Je n’ai pas de biens immobiliers, mais des tableaux et des bijoux, est-il vrai que je puisse faire une donation à SOS Jeunes sans aucun droit à payer ?

Oui, vous pouvez faire une donation en faveur de SOS, qui ne payera aucun droit.

Une amie me dit de déposer mon testament olographe chez un notaire. Pourquoi ?

Par sécurité. Vous pouvez également le donner à une personne de confiance pour qu’il ne soit pas détourné.

Mon testament peut-il être révoqué ?

Le testament ne prend effet qu’au décès du testateur. Il peut donc à tout moment être révoqué ou adapté, tant que vous restez sain d’esprit. A votre décès, uniquement le testament le plus récent sera pris en compte.

Puis-je interrompre à tout moment mon ordre permanent ?

Oui, à tout moment vous êtes libre de contacter votre organisme financier afin d’arrêter votre ordre permanent. Rien ne vous empêche de le réactiver plus tard si vous le souhaitez.

Quel est le montant minium afin de bénéficier de l’exonération ?

Afin de bénéficier de l’exonération fiscale, nous vous invitons à verser un montant d’un minimum de 40€ à SOS Jeunes Initiatives jeunesse.

Si je vous fais un don de plus de 40€, puis-je rester anonyme et ne pas recevoir d’attestation fiscale ?

Oui, vous pouvez rester anonyme en nous le signalant.

Je n’ai pas reçu mon exonération fiscale - comment puis-je me la procurer ?

Dans le cas où vous n’avez pas reçu votre attestation d’exonération fiscale, nous vous invitons à prendre contact avec nous par téléphone au 02-512-90-38 ou par e-mail administration@sosjeunes.be

J’ai changé d’adresse

Nous vous invitons également à nous avertir de votre changement d’adresse soit en nous contactant par téléphone au 02-512-90-38 ou par e-mail administration@sosjeunes.be soit en nous envoyant un courrier à SOS Jeunes Initiatives Jeunesse - 27 rue Mercelis 1050 Bruxelles.



 

Je fais un don

s'abonner a la

newsletter

Billet d'humeur

NEET : le néant n’a pas d’avenir

Contraction de l’expression anglaise Not in Education, Employment or Training (ni étudiant, ni employé, ni stagiaire), l’acronyme NEET désigne les jeunes de 15-34 ans, célibataires, qui vivent chez leurs parents, ne travaillent pas et ne recherchent pas d’emploi.
Vous imaginez aisément que, sans projet de vie, le jeune NEET n’a pas des dizaines de perspectives à long terme : on perçoit aisément les difficultés qui vont commencer à se présenter graduellement si le jeune ne parvient pas à sortir de ce « statut » qui
n’en est pas un. Les instituts de statistiques et les gouvernements ont commencé à s’intéresser à ce phénomène des NEET, car les autres données (telles que le taux du chômage ou le pourcentage de réussite des études ou même des échecs) ne rendent absolument pas pleinement compte de la situation des jeunes. Sans entrer dans les détails, on sait que la proportion de NEET chez nos jeunes a une furieuse
tendance à augmenter.
Les équipes de SOS Jeunes – Quartier Libre connaissent bien cet engrenage qui fait, petit à petit, qu’un sorti de l’école s’enlise. Plus de formation, pas d’emploi, pas de stage, il se replie sur lui et se démotive. On en vient ensuite à la dégradation de sa propre image et à la désaffiliation. On se doit d’agir en amont afin d’éviter de tomber dans l’engrenage des NEET. Parce que le néant n’a pas, soyons honnête, beaucoup d’avenir. Le projet « Un jour, demain ! », de notre antenne ixelloise Quartier Libre, vise notamment à informer les jeunes de ce qui est possible après l’école. Il s’adresse à un public particulier qui est constitué de jeunes de sixième année de l’enseignement spécial. Que se passe-t-il après l’école ? Comment entrer dans la vie active ? Un DVD reprend des témoignages d’aînés, connus des jeunes, qui racontent leur parcours… Une série de témoignages qui doivent permettre aux jeunes de prendre leur propre envol, une fois l’école quittée.

Amicalement à vous !
Raymond Vériter, Président.

14 octobre 2015